Dé-Libération

Forum de discussions diverses
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'enfer des prépas *

Aller en bas 
AuteurMessage
nakata
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3633
Localisation : Marie-George Buffet Land
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: L'enfer des prépas *   Mer 11 Juin 2008 - 11:13

Les prépas *, c'est l'élite des classes préparatoires aux grandes écoles. Entre une prépa de base et une prépa *, la première va mener à une école d'ingénieur quelconque, alors que la deuxième va conduire à l'X, à Centrale, etc...

Dans ces prépas, la pression psychologique sur les élèves est très forte. Ils sont insultés, constamment rabaissés, pour les endurcir et les pousser. Quand je faisais mes études dans une petite prépa de base à Saint-Nazaire, il y avait des rumeurs comme quoi dans la prépa * de Nantes, le proviseur vérifiait à la sortie des interros orales pour vérifier que les élèves pleuraient comme prévu. Nakata

Mon frère, 18 au bac S, primé au concours générale, avait tenté l'une de ces classes. Résultat : angoisses, 10 kilos de perdus en quelques mois, et abandon en cours d'année.

Et bref, voici l'article :

Citation :
Dominique Monchablon, psychiatre et responsable du Relais étudiants
"Les classes préparatoires, une vie entre parenthèses"
LE MONDE | 10.06.08 | 13h33 • Mis à jour le 10.06.08 | 15h52

La souffrance psychique des élèves des classes préparatoires et des grandes écoles était au programme d'un colloque organisé par l'association Santé grandes écoles, vendredi 6 juin, à Paris. Présidente de l'association, Dominique Monchablon, psychiatre, est chef de service du Relais étudiants lycéens (Fondation santé des étudiants de France) dans le 13e arrondissement.

Dans cette structure, près de 40 % des jeunes qui consultent sont des élèves de classes préparatoires aux grandes écoles. Cofinancé par le rectorat de Paris, le Relais reçoit des élèves de tous les lycées de la capitale et a des liens institutionnalisés avec Henri-IV, Louis-le-Grand et Saint-Louis.

De quoi souffrent les élèves de classes préparatoires qui viennent consulter ?

Environ un tiers d'entre eux souffrent d'une situation d'inconfort psychologique et la moitié de réelles difficultés psychologiques. Les 20 % restants semblent en passe d'entrer dans une maladie au long cours, troubles anxieux ou psychotiques, avec une forte prévalence des troubles de l'humeur, comme les psychoses maniaco-dépressives.

Les élèves de classes préparatoires sont soumis à un rythme très exigeant et à une évaluation très péjorative de leurs compétences. C'est une grande souffrance pour ces jeunes, habitués à être tête de classe, de voir leurs notes s'écrouler. On leur demande un hyper-investissement intellectuel au détriment de tout le reste. Or, ils avaient très souvent des activités extra-scolaires - musique et sport - intenses.

Heureusement, il existe dans ces classes une forte dynamique amicale. Parfois, ces très bons élèves étaient des boucs émissaires dans leurs lycées d'origine. En prépa, ils se retrouvent dans un milieu très homogène.

Leur cohésion s'explique aussi par le fait qu'ils partagent le même rythme d'enfer et qu'ils ont un intérêt commun : réussir leur concours. Néanmoins, le temps amical est très restreint, de même que la vie amoureuse, sexuelle. Comme, ils le disent parfois "prépa maqué, prépa raté".

Les deux à trois années qu'ils passent dans ces classes de fabrique d'élites sont comme des mises entre parenthèses à un âge fait normalement de curiosités, de loisirs, d'échanges. Il y a une suspension de tout questionnement existentiel et du processus de
maturation. Ils ne connaissent pas la rébellion. Ce n'est qu'une fois en grande école qu'ils commenceront à se positionner pour eux-mêmes.

On peut parler de déséquilibre institutionnalisé, qui comporte des préjudices, mais aussi des bénéfices, en termes de conduite de dépassement de soi et d'ascèse.

Quelles demandes expriment-ils lorsqu'ils sont adressés au Relais ?

La plupart des étudiants ne viennent pas consulter pour des raisons d'ordre psychologique mais scolaire. Ils sont à peine conscients d'aller mal. Ce qui les perturbe, ce sont leurs performances. Ils ne remettent absolument pas leur choix en question.

Leur demande majeure, c'est qu'on les aide à aller jusqu'au concours et pas d'aller mieux. Ils sont le plus souvent dans une spirale négative, qui obère leurs résultats. Parce que leurs performances étaient en baisse, ils ont sacrifié le peu de temps de loisirs qui leur restait.

Mais cette démarche ne s'est pas avérée rentable pour améliorer la qualité de leur travail. Alors, ils ont pris sur leur temps de sommeil. Mais la fatigue et le stress n'ont fait qu'aggraver leurs résultats scolaires.

Nous les aidons à reprendre pied par un soutien psychologique qui leur permet un mieux-être et une amélioration de leurs performances scolaires.

Quel est le rôle de l'institution et des familles dans le mal-être dont souffrent ces élèves de prépa ?

Ce n'est pas l'institution qui est à incriminer, c'est le système lui-même qui est très contraignant. Les chefs d'établissement font ce qu'ils peuvent pour aménager les parcours de ces jeunes.

Quant aux familles, elles veulent ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants... Jusqu'à ce qu'ils tombent malades. Les élèves de prépa sont issus de milieux particulièrement privilégiés, avec des modèles identificatoires forts. Les parents exercent une pression intense dès la fin de la troisième pour obtenir le meilleur lycée.

Très angoissés par la réussite de leurs enfants, ils les poussent vers des filières ultra-sélectives. On est dans un système de compétition scolaire aggravée par la massification de l'enseignement supérieur.

Retrouve-t-on chez les élèves de grandes écoles le même malaise qu'en classe préparatoire ?

Après la course aux concours, ils peuvent enfin se poser, mais ont du mal à se déterminer. Et pourtant, une fois en grande école, on leur demande de se positionner pour eux-mêmes et d'être maître de leur cursus.

Après la mise entre parenthèses des années prépa, il leur est difficile de se positionner en tant que sujet, et en fin de cursus, de se projeter dans le monde professionnel. C'est alors qu'émerge le questionnement. Pourquoi ai-je fait une école de commerce ou d'ingénieurs, moi, qui était tenté par l'humanitaire ?

C'est alors que psychiatres, psychologues peuvent intervenir pour accompagner cette maturation. Ils les aident, avec les enseignants, qui font un formidable travail, à trouver leur projet personnel. Le but est d'aider les élèves à ouvrir une voie, au départ étroite, pour leur donner la liberté de se déterminer autrement que ce pour quoi ils ont été programmés.

L'accompagnement psychologique des élèves de classes préparatoires et de grandes écoles vous semble-t-il suffisant ?

Pour les élèves de prépa, il est tout à fait indigent. Et pourtant, il s'agit de situations où il faut intervenir rapidement. On ne peut pas se donner du temps comme pour un lycéen classique. En l'espace de deux, trois mois, l'année est foutue.

Les grandes écoles ont commencé à se doter de pôle santé, souvent à l'occasion d'accidents psychiatriques. Mais cela reste marginal.

Propos recueillis par Martine Laronche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zebadguy
Admin


Nombre de messages : 3349
Age : 41
Localisation : Mon salon
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: L'enfer des prépas *   Mer 11 Juin 2008 - 12:45

Je suis passé par là... Bon c'était pas Louis Le Grand mais tout de meme une très bonne prépa (quelques admis à l'X chaque année).

La prépa n'a pas pour but d'apprendre. Ce qu'on y apprend au niveau technique sera inutile pour 90% des élèves (sauf ceux qui s'orientent vers la recherche et encore les principales matières sont les maths et la physique théorique que bien peu d'élèves pratiqueront dans leur métier futur). D'autre part il n'y a pas la place pour la réflexion mais seulement pour le bachotage forcené.

Contrairement à ce qu'on dit on n'y apprend pas non plus à travailler puisque la formation est très encadré et l'initiative inutile (on sait très facilement ce qu'on doit travailler à quel moment dans quel bouquin ou quel cours).

La prépa n'a pour but que de tester les élèves. Tester leur motivation, leur résistance à la fatigue, à l'humiliation, au stress. Avec certains dommages collatéraux comme le montre l'article...

Le pire peut-etre dans tout ça c'est qu'une fois les concours passés et une école intégrée, le niveau d'exigence en école d'ingé retombe quasiment à zéro (le niveau de glande et de fumisterie dans la plupart des écoles d'ingé est inversement proportionnel au niveau d'exigence des prépas).

J'ai intégré une école d'ingé par la fac et j'ai remarqué que les élèves de cette école qui venaient de la fac étaient plus épanouis, plus intéressant et au final au moins aussi compétents que ceux qui venaient de prépa...

_________________
Un intellectuel assis, ça va moins loin qu'un con qui marche. Michel Audiard
http://zebadguy.info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zebadguy.info
 
L'enfer des prépas *
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels péchés mènent en enfer s'ils ne sont pas confessés ?
» L’enfer
» LE MANUSCRIT DE L'ENFER - MGR L. CRITIANI
» Elle a vu l'enfer......
» Hell'fest 2010 !!! Fête de l'enfer 2010 !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dé-Libération :: Soyons sérieux ! :: Politique et société-
Sauter vers: