Dé-Libération

Forum de discussions diverses
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vallée des fleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nakata
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 3633
Localisation : Marie-George Buffet Land
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: La vallée des fleurs   Ven 4 Avr 2008 - 10:14

Un OVNI dans le paysage cinématographique asiatique.



Superproduction à l'échelle du continent, La vallée des fleurs réunit des acteurs indiens (dont le vieux Naseeruddin Shah, star de Bollywood), japonais, tibétains, et même une franco-chinoise (la ravissante Mylène Jampanoï, aperçue dans Les filles du botaniste de Dai Sijie). La production est plus ou moins française, allemande et américaine, et le réalisateur, Nalin Pan (Samsara, pas vu), indien.

L'histoire, inspirée d'Alexandra David-Neel, est d'abord celle d'une bande de hors-la-loi venus des 4 coins du continent, qui détroussent les caravanes de marchands dans le Ladakh du XIXe siècle. Du jour au lendemain, leur belle harmonie est bouleversée par l'irruption d'une mystérieuse jeune femme rencontrée au cours d'un pillage : le chef de la bande tombe instantanément amoureux de la sorcière, n'en a bientôt plus que pour elle, et néglige ses camarades. Le couple infernal, lié par une passion fusionnelle, délaisse peu à peu le pillage d'objets matériels et part en quête de butins plus légendaires... A partir de là, le film va prendre une tout autre route, à travers les âges et les lieux. Je n'en dirai pas plus.

J'ai lu quelque part que La vallée des fleurs serait l'équivalent asiatique de The Fountain. Et c'est assez vrai : même thématique new age, (amour et immortalité à travers les âges), mêmes prétention esthétisante, même atmosphère onirique, mêmes fulgurances et mêmes maladresses. Là où la comparaison s'arrête, c'est que La vallée des fleurs est loin du minimalisme d'Aronovsky, versant plutôt dans le gigantisme, parsemé de belles images de carte postale qui feront plaisir aux amis du Tibet ( Nakata ). De ce point de vue, on est plus proche d'Himalaya, l’enfance d’un chef. Un plaisir pour les yeux de tous points de vue, d'ailleurs, puisque Mylène Jampanoï est vue une fois de plus sous toutes les coutures ( Embarassed ), de même que son partenaire masculin, Milind Soman. A part ça, pris isolément, les différentes péripéties sont tout à fait charmantes et certaines scènes sont splendides... Mais le tout manque de cohérence, ce qui donne l'image typique du "grand film malade" hyper mal foutu. Sans compter des dialogues parfois un peu trop poético-sententieux. In fine, donc, ce film est sans doute un ratage, mais à voir quand même, tant il sort de l'ordinaire.

Je retiendrai une réplique géniale prononcée par un Naseeruddin Shah pince-sans-rire, qui aurait eu sa place comme signature de corto, je trouve : "La réalité est causée par le manque d'alcool." Nakata
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
c0rt0maltese

avatar

Nombre de messages : 1980
Localisation : ben devant l'ordi...
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: La vallée des fleurs   Lun 7 Avr 2008 - 21:43

J'en prends pour mon grade la nak...tu perds rien pour attendre! pig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La vallée des fleurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fleurs de Bach
» Les fleurs du mal, de Baudelaire.
» [Cuphea ignea] plante à fleurs tubulaires
» L’église Saint-Pierre de Pouan-les-Vallées (Aube) littéralement saccagée
» Fleurs de Bach : la blibliothèque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dé-Libération :: Cultures en Vrac :: Cinéma et photographie-
Sauter vers: