Dé-Libération

Forum de discussions diverses
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 comprendre les grands concepts :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
olivia vesmilme

avatar

Nombre de messages : 409
Age : 39
Localisation : 43°41'29,42
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: comprendre les grands concepts :   Jeu 7 Juin 2007 - 0:15

un pote m'a rappelé ce petit manuel de bovinisme appliqué à la politique :

· Socialisme : vous avez deux vaches. Vos voisins vous aident à vous en occuper et vous partagez le lait.

· Communisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend les deux vaches et vous fournit le lait.

· Fascisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend les deux vaches et vous vend le lait.

· Nazisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.

· Dictature : vous avez deux vaches. Les miliciens les confisquent et vous fusillent.

· Féodalité : vous avez deux vaches. Le seigneur s'arroge la moitié du lait.

· Démocratie : vous avez deux vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.

· Démocratie représentative : vous avez deux vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartiennent le lait.

· Démocratie de Singapour : vous avez deux vaches. Vous écoper d'une amende pour détention de bétail en appartement.

· Anarchie : vous avez deux vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.

· Capitalisme : vous avez deux vaches. Vous en vendez une, et vous achetez un taureau pour faire des petits.

· Capitalisme de Hong Kong : vous avez deux vaches. Vous en vendez trois à votre société cotée en Bourse en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès de votre banque. Puis vous faites un échange de lettres contre participation, assortie d'une offre publique, et vous récupérer quatre vaches dans l'opération tout en bénéficiant d'un abattement fiscal pour l'entretien des cinq vaches. Les droits sur le lait des six vaches sont alors transférés par un intermédiaire panaméen sur le compte d'une société des îles caïmans, détenues clandestinement par un actionnaire qui revend à votre société cotée, les droits sur le lait de sept vaches. Au rapport de ladite société, figurent huit ruminants, avec option d'achat sur une bête supplémentaire. Entre-temps, vous abattez les deux vaches par ce que leur horoscope est défavorable.

· Capitalisme sauvage : vous avez deux vaches. Vous vendez l'une, vous forcer l'autre à produire comme quatre, vous licenciez l'ouvrier qui s'en occupaient en l'accusant d'être inutile.

· Bureaucratie : vous avez deux vaches. Le gouvernement publie des règles d'hygiène qui vous invite à en abattre une. Après quoi il fait déclarer la quantité de lait que vous avez pu traire de l'autre. Il vous achète le lait et il le jette. Enfin, il vous fait remplir des formulaires pour déclarer la vache manquante.

· Écologie : vous avez deux vaches. Vous gardez le lait et le gouvernement vous achète la bouse.

· Féminisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour discrimination. Vous échangez une des vaches pour un taureau que vous trayez aussi.

· Surréalisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement exige que vous leur donniez des leçons d'harmonica.

· Capitalisme européen : vous avez deux vaches. On vous subventionne la première année pour acheter une troisième vache. On fixe les quotas de deuxième année, et vous payer une amende pour surproduction. On vous donne une prime la troisième année pour achat de la troisième vache.

· Monarchie constitutionnelle britannique : vous avez deux vaches. Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l'autre. La vache devient folle. L'Europe subventionne pour l'abattre. Vous la donnez à manger à vos moutons.

· Capitalisme à la française : vous avez deux vaches. Le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la cssanab (cotisation sociale de solidarité avec nos amis les bêtes). Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique, le système est déficitaire. Pour financer le déficit, on lève un nouvel impôt sur la production de lait : le rab (remboursement de l'ardoise bovine). Les vaches se mettent en grève. Il n'y a plus de lait. Les Français sont dans la rue : « du lait on veut du lait ». La France construit un lactoduc sous la Manche pour s'approvisionner auprès des Anglais. L'Europe déclare le lait impropre à la consommation. On lève un nouvel impôt pour l'entretien du lactoduc devenu inutile.

· Régime corse : vous avez deux cochons qui courent dans la forêt. Vous déclarez 200 vaches.

Nakata

Olivia - vive intervilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpdbocal.ovh.org
billbaroud35

avatar

Nombre de messages : 3718
Age : 43
Localisation : par des temps incertains...
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Re: comprendre les grands concepts :   Jeu 7 Juin 2007 - 10:23

ben tant qu'on y est, un peu d'humour poulet!
La scène : un poulet au bord d’une route. Il la traverse.
La question : pourquoi le poulet a-t-il traversé la route ?



RENÉ DESCARTES : Pour aller de l’autre côté.
PLATON : Pour son bien. De l’autre côté est le Vrai.
ARISTOTE : C’est la nature du poulet de traverser les routes.
KARL MARX : C’était historiquement inévitable.
CAPITAINE JAMES T. KIRK : Pour aller là où aucun autre poulet n’était allé auparavant.
HIPPOCRATE : En raison d’un excès de sécrétion de son pancréas.
MARTIN LUTHER KING JR. : J’ai la vision d’un monde où tous les poulets seraient libres de traverser la route sans avoir à justifier leur acte.
MOISE : Et Dieu descendit du paradis et Il dit au poulet : " Tu dois traverser La route". Et le poulet traversa la route et Dieu dit que cela était bon.
RICHARD M. NIXON : Le poulet n’a pas traversé la route, je répète, le poulet n’a JAMAIS traversé la route.
NICOLAS MACHIAVEL : L’événement important c’est que le poulet ait traversé la route. Qui se fiche de savoir pourquoi ? La fin en soi de traverser la route justifie tout motif quel qu’il soit.
SIGMUND FREUD : Le fait que vous vous préoccupiez du fait que le poulet ait traversé la route révèle votre fort sentiment d’insécurité sexuelle latente.
BILL GATES : Nous venons justement de mettre au point le nouveau Poulet Office 2003", qui ne se contentera pas seulement de traverser les routes, mais couvera aussi des oeufs, classera vos dossiers importants, etc...
BOUDDHA : Poser cette question renie votre propre nature de poulet. (hum)
GALILEE : Et pourtant, il traverse.
ERIC CANTONA : Le poulet, il est libre le poulet. Les routes, quand il veut il les traverse.
CHARLES DE GAULLE : Le poulet a peut-être traversé la route, mais il n’a pas encore traversé l’autoroute !
JACQUES CHIRAC : Parce que je n’ai pas encore dissous la route.
L’EGLISE DE SCIENTOLOGIE : La raison est en vous, mais vous ne le savez pas encore. Moyennant la modique somme de 10 000 F par séance, plus la location d’un détecteur de mensonges, une analyse psychologique nous permettra de la découvrir.
BILL CLINTON : Je jure sur la constitution qu’il ne s’est rien passé entre ce poulet et moi.
EINSTEIN : Le fait que ce soit le poulet qui traverse la route ou que ce soit la route qui se meuve sous le poulet dépend uniquement de votre référentiel.
ZEN : Le poulet peut vainement traverser la route, seul le Maître connaît le bruit de son ombre derrière le mur.
JEAN-PIERRE RAFFARIN : Le poulet n’a pas encore traversé la route, mais le gouvernement y travaille.
JEAN ALESI : Je ne comprends pas, théoriquement, le poulet il avait le temps de passer.
NELSON MONTFORT : J’ai à côté de moi l’extraordinaire poulet qui a réussi le formidable exploit de traverser cette superbe route :" Why did you cross the road ? "" Cot cot !""eh bien il dit qu’il est extrêmement fier d’avoir réussi ce challenge, ce défi, cet exploit. C’était une traversée très dure, mais il s’est accroché, et..."
RICHARD VIRENQUE : C’était pas un lapin ?
ORANGINA ROUGE : Paskeeeeeeuuuuuhhhh
KEN LE SURVIVANT : Peu importe, il ne le sait pas mais il est déjà mort.
JEAN-CLAUDE VANDAMME : Le poulet la road il la traverse parce qu’il sait qu’il la traverse, tu vois la route c’est sa vie et sa mort, la route c’est Dieu c’est tout le potentiel de sa vie, et moi Jean Claude Super Star quand je me couche dans Timecop quand le truck arrive je pense à la poule et a Dieu et je fusionne avec tout le potentiel de la life de la road ! Et ça c’est beau !
FOREST GUMP : Cours poulet cours !!!
STALINE : le poulet devra être fusillé sur le champ, ainsi que tous les témoins de la scène et 10 autres personnes prises au hasard, pour n’avoir pas empêché cet acte subversif.
GEORGE W. BUSH : Le fait que le poulet ait pu traverser cette route en toute impunité malgré les résolutions de l’ONU représente un affront à la démocratie, à la liberté, à la justice. Ceci prouve indubitablement que nous aurions dû déjà bombarder cette route depuis longtemps. Dans le but d’assurer la paix dans cette région, et pour éviter que les valeurs que nous défendons ne soient une fois de plus bafouées par ce genre de terrorisme, le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique a décidé d’envoyer 17 porte-avions, 46 destroyers 154 croiseurs, appuyés au sol par 243 000 G.I. et dans les airs par 846 bombardiers, qui auront pour mission au nom de la liberté et de la démocratie, d’éliminer toute trace de vie dans les poulaillers à 5000 km à la ronde, puis de s’assurer par des tirs de missiles biens ciblés, que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un poulailler soit réduit à un tas de cendres et ne puisse plus défier notre nation par son arrogance. Nous avons décidé qu’ensuite, ce pays sera généreusement pris en charge par notre gouvernement, qui rebâtira des poulaillers suivant les normes de sécurité en vigueur, avec à leur tête, un coq démocratiquement élu par l’ambassadeur des Etats Unis. En financement de ces reconstructions, nous nous contenterons du contrôle total de la production céréalière de la région pendant 30 ans, sachant que les habitants locaux bénéficieront d’un tarif préférentiel sur une partie de cette production, en échange de leur totale coopération. Dans ce nouveau pays de justice, de paix et de liberté, nous pouvons vous assurer que plus jamais un poulet ne tentera de traverser une route, pour la simple bonne raison, qu’il n’y aura plus de routes, et que les poulets n’aurons plus de pattes. Que Dieu bénisse l’Amérique.

j'ai rien dit

_________________
"Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas." (Geronimo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivia vesmilme

avatar

Nombre de messages : 409
Age : 39
Localisation : 43°41'29,42
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: comprendre les grands concepts :   Jeu 7 Juin 2007 - 10:39

staline et bush excellent.
orangina rouge aussi.

Mais quand même, j'ai un faible pour :
NELSON MONTFORT a écrit:
J’ai à côté de moi l’extraordinaire poulet qui a réussi le formidable exploit de traverser cette superbe route :" Why did you cross the road ? "" Cot cot !""eh bien il dit qu’il est extrêmement fier d’avoir réussi ce challenge, ce défi, cet exploit. C’était une traversée très dure, mais il s’est accroché, et..."

Nakata

il y en a un autre de ce genre par Umberto Eco qui s'appelle comment répondre à la question "comment ça va ?"

si je trouve une version sur le web je le mettrais sinon je vous en sortirais que certaines (je vais pas recopier tout le bouquin non ? bou diou)

Olivia - clown de service
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpdbocal.ovh.org
L'Gé
Invité



MessageSujet: Re: comprendre les grands concepts :   Jeu 7 Juin 2007 - 10:42

olivia vesmilme a écrit:
un pote m'a rappelé ce petit manuel de bovinisme appliqué à la politique :

· Socialisme : vous avez deux vaches. Vos voisins vous aident à vous en occuper et vous partagez le lait.

· Communisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend les deux vaches et vous fournit le lait.

· Fascisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend les deux vaches et vous vend le lait.

· Nazisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.

· Dictature : vous avez deux vaches. Les miliciens les confisquent et vous fusillent.

· Féodalité : vous avez deux vaches. Le seigneur s'arroge la moitié du lait.

· Démocratie : vous avez deux vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.

· Démocratie représentative : vous avez deux vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartiennent le lait.

· Démocratie de Singapour : vous avez deux vaches. Vous écoper d'une amende pour détention de bétail en appartement.

· Anarchie : vous avez deux vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.

· Capitalisme : vous avez deux vaches. Vous en vendez une, et vous achetez un taureau pour faire des petits.

· Capitalisme de Hong Kong : vous avez deux vaches. Vous en vendez trois à votre société cotée en Bourse en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès de votre banque. Puis vous faites un échange de lettres contre participation, assortie d'une offre publique, et vous récupérer quatre vaches dans l'opération tout en bénéficiant d'un abattement fiscal pour l'entretien des cinq vaches. Les droits sur le lait des six vaches sont alors transférés par un intermédiaire panaméen sur le compte d'une société des îles caïmans, détenues clandestinement par un actionnaire qui revend à votre société cotée, les droits sur le lait de sept vaches. Au rapport de ladite société, figurent huit ruminants, avec option d'achat sur une bête supplémentaire. Entre-temps, vous abattez les deux vaches par ce que leur horoscope est défavorable.

· Capitalisme sauvage : vous avez deux vaches. Vous vendez l'une, vous forcer l'autre à produire comme quatre, vous licenciez l'ouvrier qui s'en occupaient en l'accusant d'être inutile.

· Bureaucratie : vous avez deux vaches. Le gouvernement publie des règles d'hygiène qui vous invite à en abattre une. Après quoi il fait déclarer la quantité de lait que vous avez pu traire de l'autre. Il vous achète le lait et il le jette. Enfin, il vous fait remplir des formulaires pour déclarer la vache manquante.

· Écologie : vous avez deux vaches. Vous gardez le lait et le gouvernement vous achète la bouse.

· Féminisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour discrimination. Vous échangez une des vaches pour un taureau que vous trayez aussi.

· Surréalisme : vous avez deux vaches. Le gouvernement exige que vous leur donniez des leçons d'harmonica.

· Capitalisme européen : vous avez deux vaches. On vous subventionne la première année pour acheter une troisième vache. On fixe les quotas de deuxième année, et vous payer une amende pour surproduction. On vous donne une prime la troisième année pour achat de la troisième vache.

· Monarchie constitutionnelle britannique : vous avez deux vaches. Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l'autre. La vache devient folle. L'Europe subventionne pour l'abattre. Vous la donnez à manger à vos moutons.

· Capitalisme à la française : vous avez deux vaches. Le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la cssanab (cotisation sociale de solidarité avec nos amis les bêtes). Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique, le système est déficitaire. Pour financer le déficit, on lève un nouvel impôt sur la production de lait : le rab (remboursement de l'ardoise bovine). Les vaches se mettent en grève. Il n'y a plus de lait. Les Français sont dans la rue : « du lait on veut du lait ». La France construit un lactoduc sous la Manche pour s'approvisionner auprès des Anglais. L'Europe déclare le lait impropre à la consommation. On lève un nouvel impôt pour l'entretien du lactoduc devenu inutile.

· Régime corse : vous avez deux cochons qui courent dans la forêt. Vous déclarez 200 vaches.

Nakata

Olivia - vive intervilles


Salut Olivia,

Ton texte me fait penser à un truc que j'ai entendu et dont le principe me fait marrer.

Connais-tu, connaissez-vous (les autres) : Sicave, clown capitaliste ?





Sicave est venue faire une conférence sur le libéralisme. Mais, à sa grande déception, dans le public, il n’y a que des pauvres !!affraid

Sicave chante et danse (c'est un - une ?- clown)
Elle joue de l’accordéon, du saxophone et de la voix.

Sicave traite avec légèreté de la gravitude du libéralisme et de la brutalité du capitalisme.

Insolente, dérisoire, sûrement essentielle...
Elle s’appelle Pascal Heinish. Cet été, elle passera sûrement pas loin de chez vous (dans un festival).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: comprendre les grands concepts :   

Revenir en haut Aller en bas
 
comprendre les grands concepts :
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'énigme de l'hélium 3 : une clé pour comprendre la Terre !
» Aide pour comprendre ce problème
» Un beau texte qui nous fait comprendre la Co-Redemption de Marie
» personnes ne peut comprendre!!!!
» Au cas où Robert emploirait des mots difficiles à comprendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dé-Libération :: ... Et dans le désordre : :: Divers-
Sauter vers: