Dé-Libération

Forum de discussions diverses
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand la famille dégouline...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bidule



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Quand la famille dégouline...   Jeu 24 Mai 2007 - 14:30

... Par exemple au travail.

Il est stupéfiant de voir à quel point les comportements de chacun dans le cadre professionnel, aussi "dé-affectés" soient-ils, au sens où nous cherchons à leur enlever toute charge personnelle ou émotionnelle - à être "pro", en somme -, il est stupéfiant de voir à quel point au fond, l'attitude générale, le type de fonctionnement, voire les aspirations sont profondément liés à ces enjeux incontrôlables qui n'existent nulle part plus fortement que dans la famille, et qui portent chacun de nous dans toute sa vie.

L'exception "vie professionnelle" réside dans le fait que c'est une espèce de petit laboratoire, d'échantillon limité de ce que sont nos grands courants internes et passionnés.

Par exemple :

- celui qui n'arrive jamais à mener un projet à son terme. Le client reste injoignable, dit-il, des obstacles et des incidents ralentissent régulièrement l'avancement du projet, etc. Le travail sur le projet, au fur et à mesure que se pointe à l'horizon l'idée de sa "fin", ralentit bizarrement, jusqu'à se bloquer.
Celui-là ne veut pas tuer le père, dit-on. Finir un projet, ou le réussir, serait comme passer devant celui qui sert de modèle, même s'il est aujourd'hui absent.

- celui qui domine ou est dominé, sans autre position acceptable. Il pourra jouer les sûrs de lui avec le petit nouveau qui vient d'arriver, ou se déresponsabiliser totalement, à l'inverse, se laissant porter par l'autre, qu'il considère comme dominant, et devenant aussi irresponsable qu'un petit môme de 5 ans.
Celui-ci cherche sa mère, parait-il.

- celui qui joue la concurrence permanente.
Celui-là, c'est plus simple, on y voit quelqu'un qui n'a pas résolu sa concurence avec la fratrie, à ce qu'on dit.

- celui qui arrive tout les jours en retard. 5 minutes seulement, peut-être, mais toujours 5 minutes.
Celui-là refuse l'autorité, et continue sa crise d'adolescence. J'ai lu quelque part que le retard, c'est une manière de dire "je ne me plie pas à vos règles".

Finalement, si l'on y regarde de plus près, tous ces individus que l'on a pas choisi et qui nous pourrissent parfois la vie pendant les 8h par jour que l'on passe à travailler, qui nous déstabilisent, qui nous empêchent parfois de dormir en paix, ne sont que des adultes qui trainent toujours leurs godillots d'enfants, pensant au fond d'eux que leur "drame personnel" a plus de valeur que celui du voisin et prennent tout le monde en otage de leur incapacité.

Je trouve que cela fait relativiser. Si nos cauchemars quotidiens ne sont que des gamins mal dégrossis, alors... Nakata

Bidule

PS : infos piochées un peu partout sur le net... et que je répète sans être sûre de leur pertinence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
billbaroud35

avatar

Nombre de messages : 3718
Age : 43
Localisation : par des temps incertains...
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Re: Quand la famille dégouline...   Jeu 24 Mai 2007 - 16:37

c'est de l'observation...Nakata

il manque celui qui est toujours de l'avis du chef, qui passe toujours du cirage, arrive 5 minutes avant et part 5 minutes après, bref le chouchou 1er de la classe qui veut que les grands l'aiment...jocolor

_________________
"Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas." (Geronimo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bidule



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: Quand la famille dégouline...   Jeu 24 Mai 2007 - 16:47

Hum... Oui, je vois le modèle dont tu parles. Celui qui te donne toujours l'impression que tu es son père ou sa mère idéal... Suspect

Bidule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
campagne première
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2541
Localisation : entre vignes et caveaux
Date d'inscription : 26/09/2006

MessageSujet: Re: Quand la famille dégouline...   Jeu 24 Mai 2007 - 17:22

En existent-ils qui ne soient pas un peu de tout ça et de tout le reste?

Contingence et liberté : vaste sujet.

La vraie liberté est de faire ce que j'ai décidé de faire dit Saint Augustin .. or sommes-nous sûrs que même ce qui nous porte dans nos projets personnels et décidés n'est pas enraciné dans un substrat qui en fonde l'essence même?

A ce propos ( et par incidence sur la saillie sarkozienne du déterminisme génétique ), j'ai entendu une psycho-biologiste indiquer qu'il y a une part malléable et poreuse du cerveau qui s'alimente et se transforme au fil de notre expérimentation existentielle.
J'en déduis donc que notre salut d'assertion personnelle réside dans le FAIRE, l'expérience, l'audace, l'innovation, le risque quitte à se prendre des pains et des portes pour aller, souvent dans le doute, vers notre propre inconnu et trouver l'indicible ou l'ineffable de nos trésors intimes.

A chacun d'être son propre C. Colomb. queen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bidule



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: Quand la famille dégouline...   Jeu 24 Mai 2007 - 17:51

Un jour, il y a longtemps, lorsque j'étais étudiante, un prof m'a dit : "la liberté ? tu sais ce que c'est, toi ?
La liberté, c'est choisir ses contraintes. On ne vit pas sans contrainte. L'homme a peur du vide.
Et c'est pour ça que la liberté a un prix. Toujours."

Sur le moment, je me suis dit que c'était un vieux con. Et puis finalement, je crois qu'il a raison. La liberté, c'est choisir ses contraintes, et ne pas subir celles dont a n'a pas encore pris conscience. D'où la nécessité de se connaître pour être libre.

Quant à savoir si l'on peut être un peu de tout ça et tout le reste, en tant qu'adorable collègue de travail, je suppose que nous sommes tous un peu de tout ça, mais que notre "normalité" s'arrête là où la tentation de nous appeler "boulet" commence pour les autres...Nakata

Bidule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scud56

avatar

Nombre de messages : 1742
Age : 61
Localisation : Gross Paris
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: Quand la famille dégouline...   Jeu 24 Mai 2007 - 18:06

Certains disent aussi que "la liberté c'est la longueur de la chaîne"... Un peu pessismiste mais réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nulnul7
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1414
Age : 49
Localisation : Plane et erre
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Re: Quand la famille dégouline...   Jeu 24 Mai 2007 - 21:40

billbaroud35 a écrit:
c'est de l'observation...Nakata

il manque celui qui est toujours de l'avis du chef, qui passe toujours du cirage, arrive 5 minutes avant et part 5 minutes après, bref le chouchou 1er de la classe qui veut que les grands l'aiment...jocolor
Tu ne parlerais pas de celui qui arrive une demi heure avant l'heure et qui part une heure après les autres? Celui qui fait que ton patron trouve que tu n'en fais pas assez en arrivant et en partant seulement à l'heure ?

Bidule dirait probablement que c'est celui qui manque de confiance en lui et qui cherche la reconnaissance paternelle, voire divine.

Moi je dirai que c'est celui qui a probablement voté Sarko et qui veut gagner plus. Au dépend de moi. 'ti con !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lerouge
Invité



MessageSujet: Re: Quand la famille dégouline...   Jeu 24 Mai 2007 - 23:41

Citation :
nulnul7 a écrit:
billbaroud35 a écrit:
c'est de l'observation...Nakata

il manque celui qui est toujours de l'avis du chef, qui passe toujours du cirage, arrive 5 minutes avant et part 5 minutes après, bref le chouchou 1er de la classe qui veut que les grands l'aiment...jocolor
Tu ne parlerais pas de celui qui arrive une demi heure avant l'heure et qui part une heure après les autres? Celui qui fait que ton patron trouve que tu n'en fais pas assez en arrivant et en partant seulement à l'heure ?

Bidule dirait probablement que c'est celui qui manque de confiance en lui et qui cherche la reconnaissance paternelle, voire divine.

Moi je dirai que c'est celui qui a probablement voté Sarko et qui veut
gagner plus. Au dépend de moi. 'ti con !

Tout ceci est un peu caricatural.
En ce qui me concerne, il m'arrive d'arriver en avance et de partir en retard... selon mon chef et selon les conséquences.
Si je reste plus tard et que mon chef est correct (j'arrive plus tard le lendemain), cela ne me pose pas de problème.
Si je reste parce que mon "plus" va faire en sorte que quelqu'un va toucher ce qui lui est dû une semaine plus tôt que plus tard, je reste. (Je suis amoureux du service public).
C'est aussi une question d'organisation. Il y a des gens qui aiment bien ne pas s'affoler. Moi, je déteste laisser du boulot sur mon bureau. Je préfère arriver au taf et pouvoir prendre mon café tranquillos.
Il y a aussi de gentils collègues qui se barrent en vacances... et vous laissent discrètement une pile de merdes planquées depuis 3 mois... sur votre bureau...
Que faire ? Dire au "chef" : voilà les merdes... je prends mon temps... et laisser le citoyen et contribuable en baver à cause de l'incompétence de votre collègue ? Faire le taf et en baver comme un malade sans que votre travail soit reconnu ?
... et retrouver votre collègue avec lequel vous avez vous faire la gueule toute la journée ?
Pas facile. Pas d'évidence...
Là, il faut bien admettre qu'il y a un truc dans la fonction publique : que vous bossiez ou non, vous touchez le même salaire et les mêmes primes.
Mais dans le privé, c'est parfois la même chose :
Mon pote est caissier dans une grande surface.
Entretien annuel :
Vous passer tant d'articles à l'heure, votre colllègue bidule en passe plus (on ne dit jamais que l'autre en passe moins). Résultat ? Ben le salaire reste identique...
Comment motivez les gens sans le fric ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la famille dégouline...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la famille dégouline...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exégèse de la sourate 4 : Les femmes
» Maladie orpheline? Quand on a l'appui d'une Grande Famille
» Famille quand tu nous tiens
» flash sur ma famille et moi même quand je tire les cartes à quelqu'un d'autre
» Saint Marius et sa famille, Saint Canut et commentaire du jour "Le sabbat a été fait pour l'homme"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dé-Libération :: ... Et dans le désordre : :: Divers-
Sauter vers: